Facebook Twitter Google + Flickr Netvibes Flux RSS

Quel est l’intérêt de se servir des mondes virtuels dans un cadre pédagogique ? Quelques éléments de réponse glanés dans les commentaires d’un article consacré à Second Life sur le site The chronicle of higher education.

Avec les outils collaboratifs tels que les chats, Google docs et autres webinar, les participants n’ont pas la même immersion, ni la même efficacité qu’avec les mondes virtuels dans le cadre d’actions de formation (conférence, tutorat, quizz…). Vous restez seuls assis chez vous, quelque part, mais le sentiment « d’être là », dans la classe, est absent. En tous cas plus faible qu’avec l’utilisation des mondes virtuels.

Nanzing précise : « Le seul obstacle à l’usage de ces univers numériques est d’amener les enseignants et les apprenants à dépasser l’appréhension, la peur de quelque chose d’un peu étrange, les mondes virtuels. » Puis de les préparer à maîtriser rapidement et a minima l’interface logicielle pour évoluer (chat, voie, apparence, interaction avec les objets…) dans ces environnements en 3D.

Game to serious game

Manitoga, un « gamer », explique : « Un jeux vidéo n’est pas mieux par ce que je peux y voir les avatars des autres joueurs. Mais parce que j’ai des missions à accomplir, des leviers à actionner, de bases ennemies à détruire et que je fais tout cela en collaborant avec les autres ».

Retrouvez l’article consacré à l’augmentation des tarifs de Linden Lab pour l’hébergement des régions virtuelles dédiées à l’éducation, ainsi que l’intégralité des commentaires dont est inpiré ce post.

{jcomments on}

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Éléments similaires (par tag)

Si des images de ma galerie FLICKR vous intéressent, contactez-moi.
Aller au haut