Facebook Twitter Google + Flickr Netvibes Flux RSS

Au-delà des problèmes matériels et d'équipement, il est important de mettre en place une pédagogie du numérique. Michèle Drechsler y travaille depuis de nombreuses années et partage ses recherches et ses réflexions sur Lokazionel.fr.

FlècheCréer une école qui intègre une organisation apprenante.

FlècheIntégrer les OPC dans les disciplines, individualiser, différencier et accompagner.

FlècheDévelopper des mondes virtuels 3D pour l'éducation.

FlècheLe mobile learning.

FlèchePlacer les ressources au coeur de la professionnalisation des enseignants. Le Web2.0 peut nous y aider.

FlècheDévelopper des formations pour l'intégration des TICE, développer des espaces d'échange et le travail en réseaux pour développer une pédagogie du numérique.

FlècheRéférences.


Créer une école qui intègre une organisation apprenante.

Michèle Drechsler a eu la chance de rencontrer Scardamalia et Carl Bereiter à l'Université de Laval enoctobre 2008 et ils l'ont beaucoup influencée.

Leur projet CSILE (computer Supported Intentional Learning Environment) nous montre bien le rôle jouépar les communautés dans un processus ouvert au monde. Il a pour ambition de transformer l'école en une véritable organisation apprenante qui ne se contente pas de transmettre des contenus, mais qui contribue aussi à sa création.

Avec le logiciel qu'ils ont inventé, le knowledge forum, les élèves peuvent co-créer des connaissances, au sein de l'école mais aussi à distance par l'Internet. L'ambition de ces chercheurs est de restructurer les écoles pour en faire de véritables communautés dans lesquelles la construction de la connaissance s'appuie sur la démarche des élèves (Scardamadia et Bereiter, 1994). Les élèves qui peuvent s'impliquer dans les projets, peuvent être « actifs » et « acteurs » dans le processus de construction de la connaissance en produisant des contenus (provisoires) et en commentant, en critiquant et complétant ceux qui sont produits par d'autres. Cette découverte est irremplaçable. Cette démarche intéresse les élèves mais peut très bien être utilisée par les enseignants qui sont également amenés àco-construire des connaissances.

La mise en réseaux des écoles rurales, le partage des ressources et des services numériques dans les régions les plus éloignées du Québec, pour la réussite de tous les élèves, fait l’objet d’une « recherche-action » intitulée EER. Elle est menée par Thérèse Laferrière. Ce projet vise à relever les défis posés aux écoles des petits villages au Québec. La question de l’accompagnement scolaire sur les territoires désenclavés avec des services et des ressources accessibles pour tous les élèves, est posée. Quels peuvent être les bénéfices apportés par les TIC sur les territoires ruraux ? Pour elle, « la mise en réseau par les TIC a favorisé l'apparition de nouveaux rôles dans la classe et des interactions plus diversifiées. Par ailleurs, on a pu voir une amélioration de l'environnement éducatif de l'école : moins d'isolement des enseignantes, davantage d'interactions pour les élèves et de nouvelles formes de socialisation avec des élèves situés dans d'autres écoles, une organisation du travail qui donne de la flexibilité. Il s'agit là de gains importants pour dynamiser le contexte de la petite école. »

Intégrer les OPC dans les disciplines, individualiser, différencier et accompagner

Il est important de pouvoir rendre les TICE solubles dans l’enseignement au service des apprentissages et d'organiser des activités à haute valeur cognitive, d'intégrer les outils à potentiel cognitif (OPC) pour mieux différencier.

L'arrivée du numérique « bouscule l'Ecole »en remettanten question les trois dimensions du système d'enseignement. L'espace de l'Ecole avecle numérique nous donne l'ubiquité. Le temps scolaire se prolonge grâce aux réseaux de telle sorte que la frontière entre le scolaire et l'accompagnement scolaire se brouille. Et comme le précise le rapport de l’IGEN en 2006 « Dans cette nouvelle configuration, l'organisation de l'école est appelée à se modifier, que ce soit dans les contenus étudiés, les formes de travail des élèves ou le service des enseignants ».

Les TICE avec tous ses outils et les objets d'apprentissage nous aident à mieux personnaliser les parcours et différencier notre enseignement. Le concept de « Personal Learning Environnement » (PLE) a fait son apparition en 2004 et permet d’aborder une nouvelle approche d’environnement personnel pour l’apprentissage. Le numérique y a toute sa place. Mark Van Harmelen décrit les PLE comme des « systèmes qui aident les apprenants à contrôler, à maîtriser leurs propres apprentissages. Cela implique des supports permettant aux apprenants, de fixer leurs propres objectifs, de gérer leurs apprentissages tant à la fois, sur la forme que sur le contenu, et de communiquer avec d’autres personnes sur le processus d’apprentissage. » Pour Stephen Downes (2006), le cœur du concept du « Personal Learning Environnement » (environnement personnel d’apprentissage) repose sur un outil qui doit permettre à l’apprenant de s’engager dans un environnement lui proposant des connexions avec d’autres personnes, des services et des ressources.

Le modèle du « virtual schooling » peut être une réponse pour l'accompagnement scolaire intégrant les TICE. Dans le rapport de 2004, « distance Education courses for public Elementary and secondary School Students », le centre national de statistiques (NCES) a estimé que 36 % des écoles de district des US ont des élèves qui accèdent régulièrement à des cours virtuels en ligne tout au long de leur scolarité. N.E. Davis et M.D. Roblyer décrivent ce phénomène croissant de l’intégration des cours virtuels dans les scolarités des élèves. Il concerne 9 % des écoles publiques des US. Un programme spécifique permet de préparer les « virtual teachers ». « It has become apparent that successful online teachers also require a unique set of skills ». La recherche d’Easton (2003) a déterminé les compétences nécessaires pour un tuteur en ligne. Pour opérationnaliser les dispositifs de formation et d’accompagnement « virtuel », un consortium des universités géré par l’université « Iowa State University, a développé un programme pour entraîner les enseignants, les tuteurs à organiser des dispositifs de formation en ligne pour leurs élèves. Dans leur article « Preparing Teachers for the schools that Technology Built », les auteurs, N.E. Davis et M.D. Roblyer décrivent le programme de l’état d’Iowa, l’évaluation, les méthodes, et le modèle fixé pour sa généralisation. De nombreuses recherches américaines font état des expériences menées sur l’accompagnement virtuel (« vitual schooling ») qui permet aux élèves de suivre des scolarités, des cursus majoritairement en ligne. Les études montrent que les dispositifs pour les écoles primaires s’organisent souvent autour d’un coordinateur, d’un administrateur, d’un designer pour la création d’un environnement virtuel en destination de la communauté des enseignants, des élèves et des parents. L’environnement numérique créé prévoit la rencontre virtuelle régulière de l’enseignant avec ses élèves non plus dans les murs de sa salle de classe, mais dans des espaces « virtuels » qui disposent d’outils de communication comme la vidéoconférence, le partage de ressources…

L’étude menée par Niki Davis and Sale S. Niderhauser met en évidence la nécessité de définir le nouveau rôle des enseignants pour pouvoir dispenser des enseignements en ligne aux élèves « digital natives ». Pour Niki Davis (2007), il est nécessaire de développer des ressources adaptées, des cours et de former les enseignants pour qu’ils puissent devenir des « médiateurs cognitifs » intégrant toutes les potentialités du numérique dans la gestion des apprentissages. Pour ce faire, un programme a été mis en place avec le département de l’éducation, avec la collaboration d’universités américaines. La recherche de Donna Pendergast, Cushla Kapitzlke en Australie, reposant sur un corpus de 700 élèves répartis dans 89 écoles intégrant un enseignement virtuel synchrone et asynchrone, définit une typologie des différentes méthodes utilisées par les acteurs pour parvenir à animer les communautés d’élèves, à les accompagner.

Les enseignants, les intervenants auprès des élèves, RASED et toutes les personnes qui les accompagnent doivent pouvoir dégager les apports des TICE pour la gestion des apprentissages. Il existe d’abord l’approche béhavioriste : les enseignants peuvent se décharger sur les logiciels ou des systèmes auteurs qui permettent la création de gammes d'exercice à répétition. Car pour fixer les notions, il faut aussi s'entraîner. Une simulation ou une visualisation d'une technique peut aider un élève. La réactivation d'un mot clé en lecture, la possibilité de sonoriser les écrits, d'y associer des « béquilles » de rappel peuvent aider les enfants en lecture. Il y a aussi une approche constructiviste qui considère l’apprenant dans son cadre social et son environnement, il se base sur l’échange avec le milieu et l’inter-apprentissage ; l’apprenant qui est impliqué doitpercevoir cette connaissance et la reconstruire. Autour d'une production d'élèves, en faire un objet d'étude et de discussion pour analyser et comprendre les erreurs. Le TBI, nous l'avons vu peut êtreun médium avec lequel,les enfants peuvent réfléchir de façon consciente aux démarches cognitives à l’oeuvre dans un apprentissage ou lors de situations-problèmes. Le TBI permettant de mémoriser des traces, de revenir en arrière, il s’agit d’amener les élèves à réfléchir systématiquement sur les procédures qu’ils avaient mises en oeuvre pour apprendre, pour comprendre, pour réussir.Avec cet outil, l’enseignant permet des mises en situation avec la possibilité de « parler sur » les objets d’apprentissage, defaire réfléchir les élèves à haute voix,d’insister sur leurs efforts de traduction verbale et de conceptualisation de leurs images mentales. Avec cet outil,cette réflexion doit déboucher sur la conscientisation des procédures cognitives utilisées et par le biais de ce média, transiter par le langage oral, outil de construction des structures mentales.

Développer des mondes virtuels 3D pour l'éducation

Le rôle des jeux et des simulations est indéniable pour l'éducation comme nous le démontre Karl Kapp.Opensimulator est un simulateur de régions 3D open source sous licence BSD compatible avec les viewers de Second Life. Il permet de créer et d'administrer son propre monde virtuel, de chatter, d'importer des textures, autant d'espaces à créer pour apprendre et se former et permettre auxprofesseurs de développer de nouvelles applications pour l'enseignement avec des mondes virtuels. La dernière recherche de Sitzmannous monte tout ce que les apprenantspeuvent apprendre avec l'aide de jeux de simulations qui les engagent activement. Le SimHub du Centre Universitaire de Greenville qui inclut les technologies pour les mondes virtuels, réalité augmentée, de simulation et des jeux sérieux, est un endroit où le corps professoral et les étudiants peuvent interagir avec les technologies immersives du 21e siècle et développer leurs fonctions d'enseignement et d'apprentissage.

Le mobile learning

La révolution du livre numérique et des tablettes est en plein essor. En raison de l'amélioration des lecteurs électroniques, l'introduction de l'IPAD, le format ePub ouvert. les Presses de l’Athabasca University ont également sorti l’excellent livre The Theory and Practice of Online Learning, qui nous montre comment on peut apprendre à distance.

 

Mohamed Ally, dans son ebook Mobile Learning : Transforming the Delivery of Education and Training, nous présente le « m-learning » qui est une version e-learning adaptée aux usages mobiles des apprenants, qui permet de délivrer des formations à distance sur d’autres supports que les postes informatiques qui sont « lourds » et qui impliquent des opérations de maintenance. Grâce aux nombreuses applications développées, l’apprenant peut poursuivre sa formation où qu’il soit grâce à un appareil mobile que ce soit un smartphone (téléphone mobile intelligent qui permet entre autre de naviguer sur Internet), un lecteur multimédia comme l’iPod, une tablette mobile telle l’iPad.

Le mobile learning, est une déclinaison du elearning qui repose sur la consultationdes informations depuis un terminal mobile et non un ordinateur. Pour en assurer un maximum d'efficacité, il me semble intéressant de combiner lescontenu m-learning avec un accompagnement soit par un pédagogue (et dériver alors vers le blended learning), soit par les utilisateurs eux mêmes (formation P2P).

Placer les ressources au coeur de la professionnalisation des enseignants. Le Web2.0 peut nous y aider.

Les ressources sont au cœur du métier d’enseignant et de la gestion des connaissances. Dans ma thèse, ilaété primordial de définir la notion de « ressources » et j'ai choisi la définition du dictionnaire « Littré » quisemble la moins ambiguë et la plus large possible. « Une ressource est ce qu’on emploie pour se tirer d’un embarras, pour vaincre des difficultés (moyens matériels ou autre) ». Cette définition ouverte dégage bien la place des ressources numériques pour les enseignants, qui les employant quotidiennement, peuvent « se tirer d’un embarras » en ayant accès à des contenus qui facilitent l’organisation des apprentissages, leurs mises en scène, en fonction des élèves et des programmes.

Dans toute situation éducative, l’enseignante ou l’enseignant doit organiser, gérer les apprentissages de ses élèves ce qui met en jeu des compétences didactiques et scientifiques (le contenu enseigné) des compétences pédagogiques (organisation de l’apprentissage) et comme le précise Wanda J. Orlikowski « le besoin d’information se manifeste lorsque l’individu souffre de lacunes cognitives qui entravent sa progression et génèrent de l’incertitude. Pour combler ces lacunes, il doit rechercher des sources d’information satisfaisantes et accessibles ». Cela concerne tout particulièrement les enseignants quand ils doivent préparer leurs séquences pédagogiques, médiatiser leur enseignement, organiser les apprentissages, « gérer de l’incertitude ». Chercher telle photographie pour organiser un cours, se monter un répertoire de chants adaptés, trouver des exercices de remédiation pour tel élève dans tel domaine… ne sont que quelques exemples illustrant les «lacunes cognitives» que les enseignants doivent combler au quotidien. Les banques de ressources pédagogiques, dans les bases de socialbookmarking, sont autant d’aides potentielles à la préparation, l’organisation, la conduite ou l’évaluation de l’enseignement, dépassant la simple utilisation technique d’un manuel scolaire et faisant de l’enseignant un concepteur de scénarios pédagogiques.

Les ressources éducatives peuvent être vues comme des instruments. La production de ressources, le partage de liens ou de signets sur Internet font partie du quotidien des enseignants qui doivent préparer leur classe. Dans ma thèse, j'ai dégagé deux étapes cruciales et capitales dusocialbookmarking qui permet le partage des signets: l’instrumentalisation qui est le processus de transformation des ressources au cours de leur appropriation par les enseignants et l’instrumentation qui se trouve dans les évolutions des pratiques et idées professionnelles induites par le travail mené sur ces ressources. Entre les moments de décision, de « clic », pour l’archivage des ressources et les moments de leur recherche et de leur utilisation, l’enseignant procède à des opérations mentales d’analyse, d’évaluation et de représentation. Si l’artefact est l’objet nu, une proposition (une ressource pédagogique donnée à un instant « T1 ») l’instrument est l’objet inscrit dans l’usage à l’instant T2. Nous avons vu que ce processus de genèse instrumentale dans le cadre de l’usage d’un ensemble de ressources par une communauté d’enseignants, pose le problème du développement des schèmes sociaux et donc du développement professionnel des usagers avec toutes les compétences qui y sont associées. La logique d’utilisation d’une ressource a toute sa place dans le domaine de l’éducation. Elle soulève le problème du rapport entre la prescription de la ressource dans les descriptifs de la ressource et l’usage réel qui en est fait plus tard. L’enseignant sera amené à détourner une ressource en fonction de ses besoins, du contexte de sa situation pour gérer les apprentissages à un moment donné. Dansl'enquête proposée dans ma recherche, les praticiens nous ont montré que la notion de réutilisation était essentielle avec l’intégration des ressources numériques dans les séquences de classe. Les auteurs Hotte, Contamines et George nous apportent égalementun éclairage sur la notion « de champ instrumental collectif » pour rendre compte des différents sens que peut prendre une ressource éducative au sein d’une communauté de pratiques et d'usages.

La définition d’objets d’apprentissage en ligne pour l’accompagnement scolaire ou pour la conception de parcours numérique est un nouveau chantier qui voit le jour, avec l’émergence d’un Web participatif dans lequel l’enseignant peut être producteur de ressources. La production et la mutualisation de ressources par les enseignants peuvent avoir des effets indéniables sur la formation des enseignants. La normalisation des Ressources d'Enseignement et d'Apprentissage (REA) est cruciale et permet une plus grande accessibilité, un meilleur repérage et ultimement un partage et une réutilisation accrus. De nouveaux modèles éditoriaux en ligne voient le jour avec les communautés d’enseignants qui partagent leurs productions professionnelles sur le Web. Le concept de « RLOs » est un nouveau concept qui voit le jour pour de nouveaux modèles éditoriaux numériques intéressant tout particulièrement l’accompagnement scolaire.«Reusable learning objects (RLOs) are emerging as the technology of choice in the next generation of instructional design, developpement, and delivery, due to its potential for reusabilty, generatively, adaptability, and scalability (Wiley, 2000).

J'aborde ces questions dans ma thèse de doctorat axée sur le partage des ressources en ligne et le développement d'écosystèmes intégrantles OER ( Open Educational resources). Le socialboomarking et les outils sociaux duWeb 2.0 participatif peuvent nous y aider.

Développer des formations pour l'intégration des TICE, développer des espaces d'échange et le travail en réseaux pour développer une pédagogie du numérique.

La formation des e-cadres et des enseignants, pour qu'ils s'emparent des TICE comme outils au service des apprentissages est devenue cruciale. La formation à distance associant des activités synchrones etasynchronespeut apporter une partie des réponses.

 

Associer les enseignants à la co-construction des connaissances en ligne, leur donner la possibilité d'apprendre à gérer les apprentissages en intégrant des ressources numériques, leur proposer des environnements visant le développement de Personnal Knowledge Management, sont devenus incontournables. Aujourd'hui, les TICE favorisent la mise en place de processus permettant de susciter des interactions entre les différents savoirs individuels de façon à en générer des nouveaux, collectifs. Elles permettent la constitution de groupes d’enseignants, de communautés de pratiques autour de la pédagogie du numérique. Celles-ci facilitent la transmission de savoirs tacites, basés sur l’expérience dans l’action, et les savoirs explicites acquis par la formation. Elles produisent, bien au-delà de l’addition des contributions de leurs membres, un savoir partagé, collectif, qui peut servir de base au perfectionnement professionnel. Elles participent de la gestion des connaissances et à la mise en place d'un KM éducatif pour l'éducation numérique de demain.

 

Références.

Betcher, C., & Lee, M. (2009). The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs.Victoria, Australia: ACER Press. Victoria, Australi.

Marzano, RJ, & Haystead, M. (2009). Final report on the evaluation of the Promethean technology. CO: Marzano Research Laboratory. Englewood,

Pendergast, Donna & Kapitzke, Cushla (2007) Virtual teachers: Negotiating new spaces for teaching bodies. Pedagogies: An International Journal, 1(4), pp. 253-267.

Gillingham, M.G. & Topper, A. (1999). Technology in Teacher Preparation: Preparing Teachers for the Future. Journal of Technology and Teacher Education, 7(4), 303-321. Charlottesville,AACE.

Therese DonGiovanni O’Neil (2006).How Distance Education Has Changed Teachingand the Role of the Instructor, Indiana University of Pennsylvania

 

Klein, P.S, Nir-Gal, O, Darom, E, (2000). The use of computers in kindergarten, with or without aldult mediation; effects on chidren’s cognitive performance and behaviour. Computer in human behaviour, 16, 591-608.

 

Segal-Drori, O., Korat, O., Shamir, A., Klein, P.S. Reading electronic and printed books with and without adult instruction: effects on emergent reading. Reading and Writing, Published online: 5 May 2009.

 

Sitzmann, T. (sous presse) Personnel Psychology and Sitzman, T. & Ely, K. (2010) A meta-analytic examination of the effectiveness of computer-based simulation games.

 

Karl Kapp (2010), Research to Practice: Games and Simulations.

Mohamed Ally ebook : Mobile Learning: Transforming the Delivery of Education and Training (PDF), 2009, Aupress.

Espace maternelle 36.

Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication.

Drechsler, Michèle (2009, novembre). Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication. Pratiques du socialbookmarking pour l’Éducation : Affordances sémantiques, socio-cognitives et formatives.

Drechsler, Michèle, mémoire de DEA: «Quels changements induits par les TIC pour la formation professionnelle des enseignants face au paradigme du KM et des communautés de pratiques ?» Université Paul Verlaine de Metz

{jcomments on}

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Éléments similaires (par tag)

Si des images de ma galerie FLICKR vous intéressent, contactez-moi.
Aller au haut